Allez France, la perle légendaire

Aller en bas

Allez France, la perle légendaire

Message par Moonage le Dim 27 Avr 2014 - 18:51

A l'occasion du Prix Allez France, je vous fais partager les belles pages du livre de Patrice Trapier, "Princes de sang" (ed.France-Loisirs), paru en 1991.
Pour découvrir ou redécouvrir la fabuleuse jument qu'elle fut...
Ne l'ayant pas connue, je n'inventerai rien mais vous livrerai des extraits originaux du texte (que j'ai parfois un peu résumé).

                                                                                                     
ALLEZ FRANCE, UNE PERLE RARE
Les Wildenstein l'achetèrent sur catalogue, comme une pièce de collection.
Elle avait si fière allure que tous ses proches tremblaient pour elle.
Saint-Martin a connu des milliers de chevaux, mais c'est elle qu'il a toujours préférée.


Depuis un bon moment déjà, Daniel Wildenstein mène , à la demande de son père, une véritable chasse au trésor pour localiser une petite fille de Searching, le meilleure descendante de La Troienne, jument-phare de l'élevage américain.
La pouliche se trouve alors dans le sud des Etats-Unis, n'est inscrite à aucune vente et est décrite comme "pas très jolie, osseuse, décousue" par Bieber Jacob, son éleveur, qui conseille alors aux Wildenstein d'attendre avant de venir la voir.
Neuf mois après , Alec Wildenstein se rend outre-Atlantique, examine attentivement la pouliche et annonce à son père qu'elle ressemble furieusement à ses aïeules :  "Il faut l'acheter". La transaction se fait pour un montant de 200000$ (1M de FF).

Baptisée "Allez France" pour se faire plaisir, espérant que les Anglais auront un jour à crier dans les tribunes "Allez France !!!", cette provocation restera hélas inutile puisque la jument ne réussira jamais en Angleterre. Mais le nom symbolise assez bien le pied de nez que viennent de réussir en achetant aux américains la fille de Princeless Gem, héritière d'une belle lignée américaine, et du grand Sea Bird, un étalon français, vainqueur en 1965 du Derby d'Epsom et de l'Arc de Triomphe.
Daniel Wildenstein ne se doutait tout de même pas qu'il venait d'acheter le plus fameux cheval qu'il aurait jamais dans ses écuries : "Dès sa première sortie, nous avons compris qu'elle était exceptionnelle, raconte M.Zielber, le premier entraineur d'Allez France. Elle avait une action et une étendue que je n'avais jamais vues à aucun cheval".

Mois d'Aout 1972 : Yves St martin est alors âgé de 31 ans, est titulaire de 9 cravaches d'or et travaille pour les Wildenstein depuis 2 ans. Son premier avis sur la pouliche qui, bien que plus tardive que les autres car née en juin, surclasse déjà tous ses rivaux mâles à l'entrainement : "C'est de l'argent bien investi". Alec Wildenstein prend plaisir à cette réponse, et avec son père, ils attendent beaucoup de cette jument.
Au début pourtant, les sceptiques ne manquent pas car la jument a du caractère, elle est irascible et n'est pas facile, il lui faut un compagnon de boxe, un mouton qui la suit partout, mais qu'elle n'hésite pas à maltraiter en le mordant ou en le soulevant pour le jeter contre les parois du boxe, heureusement capitonné.   !!!!!!!!!!!
Dès qu'elle sort, un vieux poney l'accompagne et une contrariété, à l'entrainement ou en course, la met dans des transes difficiles à calmer, ruant, frappant, toute consciente de son statut de future étoile.

Arrive la première épreuve qu'elle dispute, le Prix de Tourtevoie qu'elle gagne, mais aux dires de plusieurs sceptiques "sans panache". Y.St Martin sourit, sans mot dire, attendant la prochaine échéance qui arrive trois semaines plus tard dans le Critérium des Pouliches, épreuve phare de la génération des deux ans.
Saint Martin adopte dès le début ce qui sera sa tactique constante avec sa jument, il reste bien caché au milieu du peloton jusqu'à l'entrée de la ligne droite, puis il sollicite à peine Allez France et constate, joyeux et stupéfait, qu'elle démarre au delà de toutes ses espérances.
"c'est prodigieux, raconte t-il. j'avais l'impression qu'elle allait trois fois plus vite que les autres. Elle passait ses adversaires comme si elles étaient toutes arrêtées, elle a avalé littéralement le peloton pour gagner avec deux longueurs d'avance.



Voilà le style d'Allez France, un sprint final dévorant, qui fait se lever les spectateurs tellement il est tranchant, un deuxième souffle, une accélération due à un arrière-train majestueux. Une fois elle change de tactique. dans le prix d'Harcourt 1974, elle fait toute la course en tête, sans même que St Martin lui demande quoi que ce soit. Elle est joyeuse, elle a envie de gambader sans prêter attention à ses congénères. Daniel Wildenstein, qui devient nerveux et susceptible dès qu'il s'agit de sa jument préférée, ne tient plus en place dans le restaurant de Longchamp. De rage, il plie ses jumelles, détourne son regard de la piste : "C'est pas vrai, il me la massacre. elle va finir dernière, la pauvre, c'est affreux, c'est fini..."Il faut qu'un ami interrompe ce soliloque paternel et angoissé pour que Wildenstein consente à regarder l'arrivée. Allez France a gagné avec 5L d'avance.

Quand il parle d'elle, D.Wildenstein est un père inquiet. Il a tout gagné, il est riche, heureux, mais remet tout en cause pour sa jument. Quand elle court, il dort très mal la nuit précédente, il arrive à l'hippodrome la gorge sèche, le teint livide. L'inquiétude le ronge, lui fait perdre toute assurance, il n'y a que l'arrivée pour le rassurer. l'arrivée c'est-à-dire la victoire.

En Angleterre, les Champion Stakes de Newmarket, épreuve en ligne droite de 2000m, sont la dernière occasion de justifier le clin d’œil de son nom. Mais la jument perd après avoir dominé la course. A l'arrivée, D.Wildenstein ne décolère pas : la défaite d'Allez France n'est pas due à la malchance, mais à une mauvaise monte."
La passion est synonyme d'emportements. Plutôt embêté, Y.St Martin a quelque peine à faire admettre à son patron que la jument a stoppé net son allure 200 mètres avant l'arrivée, troublée par les clameurs du public. Sans que rien ne la décide à redémarrer, elle est battue sur le poteau par Hurry Harriet.

La discorde n'alla pas plus loin d'autant que la saison 1974 fut des meilleures.

Arrive le Prix de l'Arc de triomphe. En 1973, elle a fini 2ème de Reingold. Elle a déjà remporté sans sa saison 74 le Prix d'Harcourt, le Prix Ganay, et surtout le Prix d'Ispahan, victoire qui trouble les siens. Dans cette course de 1850m, elle rattrape 150m de retard sur le premier, Johannesburg, au prix d'un effort violent, puis elle bat Margouillat d'une longueur dans un sprint superbe. Angel Penna, son nouvel entraineur, tout pâle, explique qu'il n'a jamais vu un cheval aller si vite.

Paradoxalement, Y.St Martin et Wildenstein sont furieux. Cet effort risque de compromettre les chances de la jument dans l'Arc de Triomphe. mais elle est comme ça, Allez France, incapable de calculer, impossible à retenir, souvent trop généreuse dans l'effort. Quand elle démarre, elle est splendide, elle s'arrache, ses postérieurs labourent la piste comme si elle cherchait en terre un appui plus solide pour jaillir. A mesure que l'allure grandit, elle abaisse la tête insensiblement, d'une quarantaine de centimètres, comme pour rechercher la position la plus aérodynamique possible : "On aurait dit une caravelle, s'émerveille St Martin. j'avais peur qu’elle ne se fasse une déchirure musculaire."

Le jockey eut mieux fait de songer à sa propre santé. Une dizaine de jours avant l'Arc 74, il se fracture un petit os de la hanche. Verdict médical : 3 semaines de lit...
"J'étais furieux et démoralisé. ce qui me rendait fou, c'est qu'un autre jockey que moi allait monter ma jument. Je le savais, elle me reconnaissait à ma voix. Elle n'a jamais obéi qu'à moi. Je ne pouvais me faire à l'idée de la partager. Même avec un ami."
L'ami est en fait un rival, Lester Pigott, pressenti pour jouer les remplaçants de luxe.
Mais St Martin n'a pas dit son dernier mot. Il rencontre, le lendemain de sa blessure, le docteur Daruy, un passionné de chevaux, qui lui fait faire des radios très précises, des tomographies qui inspectent la hanche millimètre par millimètre.
"N'écoutez pas vos médecins. Avec des infiltrations, on pourra peut-être endormir la douleur.

Pendant une semaine, il souffre le martyre pour être à Longchamp. On le prend pour un fou, mais il va au bout. "S'il ne s'était pas agi d'Allez France, en qui j'avais toute confiance, j'aurais peut-être abandonné." Il est là finalement, avec une infiltration de xylocaïne, trente minutes avant la course.
Il s'est alors produit quelque chose d'unique à Longchamp, un jour d'Arc de Triomphe, le silence. J'en ai eu la chair de poule, les gens attendaient que le speaker annonce le nom d'Allez France, ce fut ensuite une ovation comme je n'en avais jamais entendue.
La jument gagne enfin sa grande course en ayant donné quelques frayeurs à son jockey, étant partie très vite. "Elle m'a arraché les bras pour accélérer, je me disais que c'était bien trop tôt, mais il n'y avait rien à faire. Finalement elle conservera une tête d'avance.








La course gagnée, Y.St Martin s'en alla avec sa jument, au milieu de la piste, saluer le public. Puis il monta, du plus vite qu'il le pouvait malgré sa hanche qui le faisait boiter, vers les tribunes, douché, habillé, exténué. Il prit deux coupes de champagne et se précipita vers son sauveur, le docteur Daruy, qui assistait pour la première fois de sa vie à une course hippique...



Dernière édition par Moonage le Dim 27 Avr 2014 - 20:53, édité 6 fois
avatar
Moonage

Messages : 7646
Date d'inscription : 18/04/2014
Localisation : Champs de courses

Revenir en haut Aller en bas

Re: Allez France, la perle légendaire

Message par DylanThomas le Dim 27 Avr 2014 - 19:10

Incroyable histoire, merci de la partager avec nous (de même que les photos). Smile

DylanThomas

Messages : 538
Date d'inscription : 16/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Allez France, la perle légendaire

Message par jamufa le Mar 29 Avr 2014 - 20:30

MERCI Moon pour nous avoir fait rêver!
Passionnant  Smile 

jamufa

Messages : 298
Date d'inscription : 20/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Allez France, la perle légendaire

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum