Arriverons nous à redresser la barre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Arriverons nous à redresser la barre ?

Message par épicétou le Mer 21 Mai 2014 - 20:24

Même si je ne suis pas un grand aficionados de Corinne Barbe il faut reconnaître que les revendications de son association sont pleines de bon sens:

Les Actionnaires du Galop se sont réunis en Assemblée Générale en avril.
L'assemblée constate le mal récurrent de la gouvernance de France Galop : Ce n'est qu'au bord de l'implosion qu'elle propose des pistes de réflexion, réunit des tables rondes, engage des discussions… Hélas, le débat s'appuie sur des chiffres incomplets, ce manque de précision entretient de fausses idées et oppose les forces en présence. D'où la difficulté de percevoir le résultat concret de ce travail collectif et de construire des propositions consensuelles et efficaces.
L'assemblée inquiète pour l'avenir demande :
- Un calendrier annuel sans lacune hivernale dans les régions les plus actives.
- Le rapprochement des opportunités de courses auprès des effectifs de chevaux à l'entraînement dans chaque région.
- La nécessité prioritaire d'augmenter les allocations au moins de l'inflation et de consacrer les réserves aux allocations. Un redéploiement dans la cohérence plutôt que de pénaliser les uns au profit des autres.
- La révision du système des transports. Les modifications de l'an dernier pénalisent de nombreux professionnels et, par là-même, leurs propriétaires.
- L'assemblée demande qu'à l'heure où les allocations stagnent, les postes de dépenses aux contours les plus flous soient encadrés avec la plus grande rigueur.
- L'efficacité de la stratégie de M. Giletta, censée attirer le public sur les hippodromes, rencontre plus que du scepticisme : les jeunes de 12 à 18 ans vont payer leur entrée alors qu'ils sont trop grands pour s'intéresser aux manèges et aux baptêmes de poneys et trop jeunes pour avoir le droit de jouer ? La désertion galopante des hippodromes fait fuir les sponsors et réduit l'intérêt des tutelles.
- L'utilité du Département Propriétaires est mise en doute : on ne connaît ni le coût précis de cette organisation, ni ses retombées précises en terme de gain de propriétaires. Que fait-on pour fidéliser les propriétaires existants ?
Certains demandent un audit du F.R.B.C.
- Le “Nouveau Longchamp” : l'option rénovation (y compris la piste) est préférée à une destruction/reconstruction trop coûteuse. On aimerait plus de transparence aussi sur le financement et les négociations avec le Qatar.
- Les Actionnaires du Galop réitèrent leur demande de plus de transparence et regrettent que le Conseil Économique et Social et autres missions n'aient pas abouti à établir les coûts réels, en termes de salaires, de charges, ni à définir l'impact de la nouvelle TVA sur les entreprises d'entraînement, les ratios salarié/cheval…
- Le souci d'équité pose la question de l'opportunité du prélèvement de 1 % opéré sur les comptes des propriétaires dans certains centres d'entraînement, à Paris en particulier, et pas dans d'autres. Qu'est-ce qui justifie que ce prélèvement ne soit pas en vigueur partout, ni appliqué aux chevaux en longs meetings sur des centres ?
- Les écuries de groupe : il faut encourager la création d'écuries de groupe, mais attention à ce que France Galop n'en soit pas directement partie prenante, car ce n'est pas son rôle. à cet égard, la conception de l'écurie Arqana Racing Club laisse perplexe. Et le soutien aux écuries RMC semble exagéré.
- Les systèmes juridictionnel et électoral :
Il en est question depuis des années : le système juridictionnel de France Galop apparaît obsolète, notamment en ce qui concerne la compétence et l'indépendance des Commissaires, les sanctions applicables aux professionnels et les procédures d'appel.
Le scrutin électoral par listes en vigueur aux élections du Comité, enfermant les acteurs dans des clans au lieu d'avancer ensemble, appelle la surenchère et ne responsabilise pas suffisamment les candidatures individuelles. L'adoption du scrutin uninominal (comme au Trot) garantirait une transparence beaucoup plus grande. C'est un moyen d'éviter les clivages qui s'annoncent déjà avec l'approche des élections 2015
Les actionnaires sont prêts à agir sur tous les fronts pour que la politique n'occulte pas les priorités.


Le problème c'est que la grande majorité, voir la totalité, des petits entraîneurs et petits propriétaires sont persuadés qu'ils n'ont aucun pouvoir et baissent d'avance les bras...
A leur décharge avec FG c'est le pot de terre contre le pot de fer: il y a 10 jours à Angoulême suite aux chutes des premières courses et aux jockeys qui ne voulaient pas remonter (d'où cascade de non partants non relayée par la presse et bizarrement courses "indisponibles" sur Equidiavideo...) j'ai exprimé aux commissaires qui refusaient de décorder le dernier tournant pour le sécuriser le fond de ma pensée eut égard à leur incompétence. Résultat des courses 8 jours plus tard contrôle vétérinaire FG à l'écurie pour laquelle j'emmenais les chevaux à Angoulême. Et 1000 euros d'amende pour une infiltration intra-articulaire faite 12 jours avant une course au lieu des 14 obligatoires depuis le 1er janvier 2014. Elles ne sont pas belles les méthodes de rétorsion de FG ?

PS Commissaires qui dans la foulée avaient autorisé une cavalière amateur à remplacer un jockey. Heureusement un "mais je rêve, vous êtes complètement à côté de la plaque ou quoi, c'est interdit strictement par le code des courses ; vous voulez qu'un turfiste porte plainte et fasse annuler la course, ne leur fasse faire machine arrière !

épicétou

Messages : 10
Date d'inscription : 13/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arriverons nous à redresser la barre ?

Message par almadria le Jeu 22 Mai 2014 - 20:15

oui il y aura toujours à dire et à redire sous n'importe quelle gouvernance. Les gens râlent aujourd'hui lors de tel ou tel débat, et demain cela sera autre chose. Cela n'enlève en rien que c'est la crise partout car les charges sont de + en plus élevées, et avec la TVA à 20%, on frise la cata.... mais que peut faire FG dans ce tel cas par exemple... rien ! L'opération qu'ils mènent pour les "dimanches au galop" est pour moi une réussite puisqu'elle attire beaucoup de personnes sur les hippodromes bien qu'ils soient payants, et d'ailleurs, je trouve parfaitement normal qu'ils le soient. Lorsque vous payez 50 euros pour un match de foot, vous n'y trouvez rien à redire.... Les courses pour certains ne sont qu'un jeu d'argent, pour d'autres un véritable sport de haut niveau avec de véritables athlètes qui risquent leur vie à chaque instant, et vous voudriez que cela soit gratuit ? sous quel prétexte ? si ce n'est que pour jouer, alors que les grincheux restent chez eux, pas besoin pour les jockeys de se faire insulter lorsqu'ils ne sont pas à l'arrivée alors qu'ils étaient favoris ! Le fait que les entrées soient payantes n'enlève en rien la qualité du spectacle, bien au contraire, elles l'accréditent. Pour répondre au propos plus haut, une amende de 1000 euros pour une infiltration mal gérée, je ne trouve pas cela trop cher payé, n'oublions pas que si il y a infiltration, il y a à la base douleurs, et si le cheval souffre il n'est pas censé courir, alors que le respect du code soit appliqué : logique, c'est la même pour tout le monde, et notons que si le délai est passé à 14 jours depuis peu, il était de 21 jours avant .....Un entraineur mansonnien a pris bien plus cher récemment pour ce cas.

almadria

Messages : 206
Date d'inscription : 19/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum